Le rapport de l’Observatoire des délais de paiement fait la part belle aux acteurs publics

Publié le 30 mars 2017

Aujourd’hui, la commande publique enregistre un délai moyen de paiement de 24,5 jours. Une nette amélioration dans le comportement payeur des acteurs publics est notable depuis plusieurs mois. Les sanctions prévues par la loi Sapin II ainsi que la facturation électronique sont des signaux encourageants dans la lutte contre les retards de paiement. 

Jeanne-Marie Prost, présidente de l’Observatoire des Délais de Paiement, n’hésite pas à parler de stabilité voire d’amélioration des comportements sur le front des délais de paiement. Récemment, le 22 mars dernier, elle a remis à Michel Sapin le rapport de l’Observatoire des délais de paiement pour la période 2015-2016. Le résumé est sans appel, le rapport fait la part belles aux acteurs publics, collectivités et ministères tout en tablant sur l’innovation.

Même si, en 2015, 32% des entreprises restent très impactées par les retards de paiement, on observe sur cette année-là une très grande stabilité des délais de paiement, aussi bien du côté des fournisseurs que des clients. Cependant, ombre au tableau selon Jeanne-Marie Prost, « le rapport de force entre les grandes entreprises perdure ». Ainsi « moins d’une grande entreprise sur deux paye ses fournisseurs dans les temps, contre deux PME sur trois. »

Un manque à gagner de 11 milliards d’euros

Si les délais clients-fournisseurs étaient respectés conformément à la loi LME, la trésorerie nette libérée serait de 11 milliards d’euros. Les  PME et les ETI seraient les principaux bénéficiaires à hauteur respective de 16 et 6 milliards d’euros. Le rapport est sans surprise au niveau des secteurs les plus touchés par les retards de paiement. Il s’agit de la construction, de l’industrie, du soutien aux entreprises, de l’information et de la communication.

Les évolutions de 2016

Concernant le comportement des payeurs, le rapport montre une évolution favorable avec une amélioration des retards de paiement par rapport à l’année précédente. Le retard moyen de paiement a diminué. Il est passé en dessous de la barre des 12 jours. Les grandes entreprises restent les mauvaises élèves. Le délai moyen de paiement est de 14 jours, soit deux jours de plus que les PME.

Néanmoins, même si la tendance tend à l’amélioration de manière générale, il est important de ne pas négliger le poste clients et de maîtriser son BFR pour assurer le bon maintien de la trésorerie de l’entreprise.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

»
× S’inscrire à la Newsletter
YRCASH Mag NEWSLETTER

Inscrivez-vous et recevez les informations qui vous permettront d’optimiser votre trésorerie et votre cycle clients.