Retards de paiement : le secteur public dans le viseur d’Emmanuel Macron

Publié le 11 mai 2017

Elu Président de la République par plus de 65% des Français dimanche 7 mai, Emmanuel Macron, ancien Ministre de l’Economie du gouvernement Hollande, entend durcir les sanctions pour endiguer le problème des retards de paiement, qui continuent d’affaiblir les PME et les TPE. 

Une vigilance accrue de l’Etat sur les délais de paiement

Alors que plus d’une centaine de procédures de contrôle ont été lancées depuis le début de l’année, Emmanuel Macron continue dans la voie du durcissement des sanctions pour les mauvais payeurs. Avec la Loi Sapin II sur la transparence de la vie économique, le plafond de l’amende pour les entreprises qui ne paient pas leurs fournisseurs à temps passe de 375000€ à 2 millions d’€. Par ailleurs, le cumul des amendes pour les récidivistes est permis.

En matière de retards de paiement, le secteur public est dans le viseur du nouveau Président. Emmanuel Macron veut mettre l’accent sur les hôpitaux, les organismes de santé, les collectivités locales et régionales, et les administrations publiques. Ces secteurs remportent la palme des plus mauvais payeurs.

Malgré ces mesures, le problème des retards de paiement ne s’endigue pas du jour au lendemain. Adopter une attitude responsable et professionnelle, en optimisant la gestion du poste clients et de la relance clients dans les entreprises est indispensable. La marge de progression reste importante, notamment pour les PME.

 

 

»
× S’inscrire à la Newsletter
YRCASH Mag NEWSLETTER

Inscrivez-vous et recevez les informations qui vous permettront d’optimiser votre trésorerie et votre cycle clients.