Les retards de paiement des PME explosent en 2017

Publié le 10 octobre 2017

Alors que tous les voyants économiques semblent au vert, et tandis que les différents acteurs politiques parlent de 2017 comme de l’année de la reprise, la situation au beau fixe ne profite pas à tout le monde. La situation se dégrade fortement par rapport à 2016 concernant les retards de paiement dans les PME. 

Si les créations d’emploi à la hausse et le déficit public en repli annoncent une évolution positive de la situation économique en 2017, il n’en est pas moins que la situation est beaucoup plus mitigée au sein des entreprises, notamment les PME. Dans les entreprises de taille moyenne, les retards ont littéralement explosé cette année. Ils sont passés de 11,8 jours à 14,5 jours. Les plus longs retards, ceux qui fragilisent davantage la trésorerie,  enregistrent une hausse encore plus significative : les retards de plus de 30 jours ont augmenté de 11%, contre 4% en 2016. 

Contrairement à une fausse idée, la dégradation de la situation n’est pas davantage le fait de la défaillance de clients grands comptes ou de collectivités territoriales que d’autres PME. En termes clairs, les PME sont victimes des PME. En cause, le manque de trésorerie de certaines entreprises. Beaucoup de PME clientes paient leurs factures en retard car elles manquent de fonds propres et ne sont pas soutenues par les banques.

Ce cercle vicieux n’en est pour autant pas une fatalité. Si certaines solutions ont été proposées par les différents gouvernements et lois successifs, le remède le plus efficace contre le mal des retards de paiement reste l’optimisation du poste clients et la bonne gestion du BFR. 

»
× S’inscrire à la Newsletter
YRCASH Mag NEWSLETTER

Inscrivez-vous et recevez les informations qui vous permettront d’optimiser votre trésorerie et votre cycle clients.